[TEST] Je suis devenu un chasseur avec Hunting Simulator sur Switch

Aujourd’hui, c’est sur le test de Hunting Simulator que j’ai passé les plus chaudes parties de mes journées. En effet, avec cette canicule qui nous attaques, il fallait trouver des occupations pendants les périodes trop chaude où les enfants faisaient la sieste. Je me suis donc tourné sur la Nintendo Switch, cette console portable que l’on peut docker sur la télé.

Pour ma part, c’est en version « portable » que j’ai utilisé la Switch avec Hunting Simulator.

Petit rappel, Hunting Simulator est disponible sur PC, PS4 et XO et sur Switch depuis le 13 juillet. Hunting Simulator propose une immersion en pleine nature, une aventure au coeur de régions de chasse emblématiques comme les montagnes du Colorado, les forêts alpines françaises et les plaines enneigées de l’Alaska. Chaque zone possède ses propres caractéristiques (géographie, climat, topographie, …) et des objectifs de chasse spécifiques. Les joueurs doivent les compléter en partant sur les traces de nombreux animaux fidèlement modélisés et aux comportements reproduits de façon très réaliste.

Bon … fini avec le speech commercial, place au test/analyse du jeu.

Graphique (13/20)

On va commencer par le côté « esthétique » du jeu. Il faut savoir que le jeu est développé avec le moteur graphique très connu de tous les gamers, le UNREAL ENGINE, dans ca version 4. Si vous connaissez Fortnite, PUBG, ARK, Conan Exil et Unreal Entertainment, alors vous connaissez Unreal Engine. Et bien, Hunting Simulator utilise le même Moteur de jeu que ces blockbusters.

Pour ma part, il faut aussi dire que j’ai testé le jeu sur Nintendo Switch, qui n’est pas la console la plus puissante du marché, mais malgré cela, le jeu reste quand même graphiquement beau. Certes vous n’avez pas une distance d’affichage à 2 Km, ni un affichage de TOUTES les brindilles d’herbes, mais il y a le strict nécessaire pour vous mettre dans la peau d’un chasseur.

Le seul réel défaut que j’ai peu relever, et dont il faut tout de même noter, c’est que par moment, les effets de lumières sont tellement présent, que vous allez chercher à baiser vos yeux (virtuels) vers le bas pour vous cacher du soleil et voir la nature qui vous entours et vos cibles.

Gameplay (16/20)

Au niveau du Gameplay, de la jouabilité, je dois dire que Hunting Simulator est plutôt pas mal. Il est assez facile de prendre les commandes et les touches utilisées sont quasiment les mêmes que dans tous les FPS. Pour les phases de jeu, vous allez devoir alterner entre traque et chasse. Pendant les phases de traques, vous devrez analyser des empreintes, qu’il faudra trouver, et aussi, vous approcher de vos cibles, sans vous faire repérer. C’est maintenant que ce complique les choses, car autant analyser et suivre les empreintes, c’est facile, autant vous approcher de vos cibles, c’est une nouvelle histoire complexe. Etant donnée que la distance d’affichage n’est pas élevée, entre 500 et 1000 m de mon expérience, il est assez difficile de trouver vos cibles sans êtres à porté de bruit, vue et odeur de l’animal à prélever. Mais c’est ce qui rend le jeu plus proche d’une simulation que d’un jeu d’arcade.

Pour la phase de prélèvement de l’animal (et oui, on ne fait pas que tuer, on prélève l’animal), c’est votre style de chasse qui fera. Si vous êtes un sniper, alors fusil à lunette et vous tirez à 100-200m … si vous êtes plutôt calibre 12 à 15m, alors bon courage pour la phase d’approche de votre cible.

Contenu et durée de vie (15/20)

Le jeu semble être riche en variété animal, je dis bien « semble » car malgré mes 30H de jeu, je n’ai pas fait 25% du jeu et pourtant … je n’ai pas perdu de temps. Mais les phases de « recherche » sont tellement prenante, que vous allez y passer des heures et pour remplir votre bestiaire, il va falloir vous armer de patience, tel un véritable chasseur dans la nature.

Conclusion

Je ne suis pas chasseur IRL, mais pourtant, le fait de devoir « chercher » et « patienté » m’a permis de changer de style de jeu et de voir autre chose. Mais aussi, de voir qu’une simulation ne rimait pas que avec voiture et/ou guerre. Le studio Neopica vient de me montrer qu’il était possible de passer du temps à chasser autre chose que des zombies ou des rubis. Ce n’est peut-être pas le jeu de l’année non plus, mais si vous êtes, comme moi, dans une phase ou très peu de jeu vous intéresse, alors je vous conseille de prendre Hunting Simulator car il vous permettra de passer cette période de canicule au frais.

Hunting Simulator Switch

7.3

Graphisme

6.5/10

Gameplay

8.0/10

Contenu/Durée de vie

7.5/10