GAMESCOM 2013 : KILLZONE SHADOW FALL

Killzone faisait partie de mes priorités avec la PlayStation 4, vu le peu de temps que j’avais, et ça tombe bien c’est une exclu PS4.

Je prends donc mon mal en patience et fais les deux heures de queue pour approcher de KILLZONE SHADOW FALL, arrivé à l’entrée du stand, la satisfaction de n’avoir pas craqué était bien là et c’est en entrant dans le stand que ma surprise fut immense autant que ma déception, impossible de jouer à KILLZONE SHADOW FALL, par contre c’est le mec qui nous fait rentrer qui s’éclate pendant qu’on le regarde jouer.

 

Bref j’ai quand même profité de la démo pour voir ce que donne KILLZONE SHADOW FALL, in-game, et il est magnifique. L’univers de Killzone n’est plus aussi sombre que dans les épisodes précédents, avec un ton très coloré, finis les parties sombres et le design rougeâtre de KZ2 et KZ3. Le personnage a l’air de se déplacer moins lourdement que les précédents Killzone.

 

Nous avons vu le OWL DRONE en action, ce petit drone qui distrait les ennemis, les tue à l’occasion, vous protège avec un bouclier ou encore vous sert de tyrolienne pour des déplacements plus rapides entre deux points éloignés.

Et enfin, une sorte de « Bullet Time » qui retire tout son piment aux grosses phases de shoot mais qui peut aider si vous êtes en galère, comme l’a été notre démonstrateur.

 

Par contre, j’aurai aimé voir des destructions de décor mais apparemment rien de ce coté là, même avec quelques grenades auprès des arbres ou murs, rien ne se produit si ce n’est qu’une explosion qui s avère plutôt moche alors que la bande son est plutôt bonne.

 

Bref, il est difficile de se faire un avis sur un jeu sans le pad en main mais comme à chaque fois, Killzone est une valeur sûre pour PlayStation.